MANQUE A L'APPEL

   une exposition de La Mercerie & Michel Jeannès

   Michel Jeannès est diplĂ´mĂ© en psychologie de l’UniversitĂ© Lumière Lyon.

   II et certifiĂ© de la Fundacion Interfas, Instituto de Terapia Familiar Sistemica de Buenos Aires oĂą, de 1991 Ă  1995, il s’initie aux techniques de thĂ©rapie familiale et l’épistĂ©mologie constructiviste.Il s’intĂ©resse très tĂ´t aux formes conversationnelles et dès la fin des annnĂ©es 80, engage sa pratique artistique dans des travaux marquĂ©s par la recherche d’une interactivitĂ©.

  Dès 1991 il introduit dans le champ artistique le travail des relations interindividuelles comme composante intrinsèque de l’œuvre. Aussi sa pratique, essentiellement basĂ©e sur le lien et le langage, concerne plus une " orfèvrerie des relations " qu’une " esthĂ©tique " relationnelle.

   Depuis 1997, Michel Jeannès dĂ©veloppe le concept de " Zone d’Intention PoĂ©tique " (Z.I.P.) autour du bouton, objet usuel envisagĂ© comme " Plus Petit Objet Culturel Commun " (PPOCC) et vecteur de rencontres.

   Co-fondateur et directeur artistique, Ă  Lyon, de La Mercerie-construction sociale par l’intervention artistique, il intervient dans les territoires physiques ou symboliques les plus divers, et plus particulièrement, depuis 1998, sur le quartier de la Duchère Ă  Lyon oĂą il instille, en sollicitant la participation des habitants, une " dynamique poĂ©tique rĂ©vĂ©latrice de culture commune ".

   La relation entre la galerie Satellite et la Mercerie est engagĂ©e depuis plusieurs annĂ©es. Lors des expositions collectives annuelles, Michel Jeannès a rĂ©pondu en recontextualisant chaque fois le mĂŞme objet.

   Du nombre de boutons d’un troupeau type (" 21) " au " bouton d’exil " (" terre inconnue "), de l’établissement du nombre de manière de compter les trous (" 22 ") Ă  son usage comme " carte de visite ".

   L’exposition " manque Ă  l’appel " prĂ©sente plusieurs aspects du dispositif de la Mercerie. Les pièces rĂ©sultent d’ Ă©changes symboliques ou de contractualisations.

   Michel Jeannès rencontrera les amis de la galerie Satellite et offrira Ă  qui en fera la demande un exemplaire de l’audio-poème Vert Paradis. Cette pièce est offerte selon un protocole valorisant l’échange : " exclusivement en mains propres, Ă  titre gracieux, contre signature d’un reçu. "

exposition “carte de visite”

exposition “ 22 “

“ Manque à l’appel “

M. J. et un visiteur parlent boutons, fermetures “éclair” etc... et, bien sûr, de la chanson “La môme aux boutons”...

“ Jours ouvrables “

“ Manque à l’appel “

“ Manque à l’appel “

27.11.98

26.11.98

«Les jours ouvrables »   Historique et dĂ©finition

Cet ensemble est constituée par les talons de tickets d'entrée du Musée d'Art Contemporain de Lyon. Ces pièces comptables font trace du passage - lié à une modification du regard - d'un extérieur « naturel » à un intérieur dit « culturel ». Ilest aussi la résultante d'une séquence de gestes d'échange entre les visiteurs et les hôtesses d'accueil: le visiteur demande un ticket d'entrée, l'hôtesse le lui délivre après ajustement (âge, tarifs réduits, gratuité...) tout en lui faisant part du contenu de l'exposition (accompagnement, accueil par anticipation). Le visiteur fait quelques pas jusqu'au portillon, tend son ticket à une deuxième hôtesse qui le prend, déchire le talon et lui rend son ticket. Le visiteur passe alors le portillon et peut librement circuler dans les salles.

Les talons de tickets du jour sont conservés dans une inclusion de résine sous la forme d'un bouton ( cylindre plat percé de deux trous). La récolte a été effectuée à ma demande par Catherine Vincent et Danièle Méline - secondées par leurs collègues de l'équipe d'accueil du MAC - sur la période s'étalant du dernier vendredi 13 de l'an 1998 au premier vendredi 13 de l'an 2001, soit le passage du 20eme au 21 eme siècle et du deuxième au troisième millénaire. La récolte est liée aux expositions induisant la présence des hôtesses à l'accueil, et aux jours d'ouverture. Chaque bouton correspond donc à un jour travaillé par les récoltantes. Les manques dans la linéarité du temps sont liés à des fermetures ou des temps hors-exposition.

Les hôtesses-récoltantes sont détentrices d'un savoir spécifiques relatifs à ces objets. Elles peuvent les re-situer dans le temps du musée et des expositions ayant marqué cette période; Dans certains cas, elles lisent au nombre de tickets gratuits s'il s'agissait d'un jour férié, d'un mercredi ainsi que les conditions climatiques (jour de pluie).

L'ensemble est composé de 415 « boutons » formant une ligne symbolique retraçant, en fonction de la densité des tickets, celle de la fréquentation du lieu. Cet ensemble est destiné à être dispersé auprès d'un nombre équivalent d'amateurs.

Michel Jeannès 26 mars 2004

blog Japon
Les-basics-nfrance.com
PHP, Mysql, 20 POPS, Webmail
hébergement web ŕ partir de 0.83 EUR / mois.
la mercerie